Written by 11:30 Röportaj

Conversation avec Cem Gürdeniz sur les développements géopolitiques

Version abrégée de l’edition spéciale de Bon pour l’Occident, le podcast présenté par Oğul Tuna et Ertuğrul Atlı.
Traduit en français par Elif Tugan.

Ertuğrul Atlı: Nous sommes avec le contre-amiral à la retraite Cem Gürdeniz dans l’édition spéciale de Bon pour l’Occident. Bonjour Monsieur Gürdeniz!

Cem Gürdeniz: Bonjour Ertuğrul.

EA: Vous êtes l’auteur du concept de la “patrie bleue”. Ce dernier est l’un des concepts qui a marqué la politique étrangère turque ces dernières années. Comme vous le savez, la dernière durée de Navtex annoncée pour le navire de recherche sismique Oruç Reis a été prolongée et se poursuit toujours. Comment évaluez-vous la dernière situation dans le cadre du concept de la patrie bleue en Méditerranée orientale?

CG: La patrie bleue est devenue un concept de sujet en 2006. Mais elle est arrivée à une sorte de processus que la politique étrangère de la Turquie avec les 14 ans d’histoire depuis sa naissance en 2006 ou est devenue un symbole de la nouvelle orientation géopolitique. Lorsqu’on me demande ce qu’est la patrie bleue, je la décris avec trois éléments différents. Tout d’abord, je dis que c’est un symbole de la maritimisation des Turcs. Ce point est très important. C’est meme plus important que les juridictions maritimes; parce que la Turquie a adoptée une nouvelle civilisation, qui est le symbole de la façade du 21e siècle. Donc la Turquie passe à une civilisation bleue, une civilisation maritime. C’est en fait la partie qui dérange le plus l’Occident. Tout le monde pense que les bassins énergétiques de la Turquie, les zones de juridiction maritime exigent de très grandes zones marines. Ce ne sont en fait que la pointe de l’iceberg. La principale perturbation des Turcs est qu’ils ont attrapé la volonté d’un État marin et d’une nation maritime sur la Méditerranée. Ici aussi, je cite toujours les jeunes. Pourquoi les jeunes? Parce que ceux sont les jeunes qui porteront les Turcs à la civilisation maritime.

“La Turquie passe à une civilisation bleue, une civilisation maritime.”

Cem Gürdeniz

Le Navtex d’Oruç Reis sera annoncé aujourd’hui et annulé demain. Ces choses continueront évidemment comme ça pendant les 20 prochaines années. Il est difficile de trouver une solution à ça, admettons-le dès le début. […] Il ne faut pas le penser seulement comme la République de Turquie, Nazim Hikmet disait: “s’étendant vers la Méditerranée comme une tête de jument de l’Asie” … Maintenant, nous portons un grand monde turc. Nous sommes un pays comme une locomotive?, c’est le pays le plus approprié pour faire rencontrer le monde turc […] Par monde turc, j’entends non seulement l’Asie centrale, mais aussi les Balkans, le Caucase. Je n’exprime jamais cela comme un discours raciste géopolitique. C’était le désir de Mustafa Kemal. […] Donc, lorsque vous imposez la carte de Séville à la Turquie, vous ne coupez pas seulement cette dernière. Vous brisez la relation de la Turquie avec la mer. Lorsque Mustafa Kemal s’est rebellé contre Sèvres et a sauvé l’Anatolie, il a non seulement sauvé les Turcs vivant en Anatolie,  mais également la nation turque dans le monde. Il a restauré leur dignité, leur indépendance et leur position honorable.

Par conséquent, le renforcement de la flotte de la Turquie a une très grande influence en Occident. Pourquoi? Parce que nous sommes sortis du paradigme auquel nous sommes habitués. A leurs yeux, les Turcs étaient des agriculteurs terrestres, loin de la mer, sans culture marine, je dis ouvertement: Bon pour l’Orient était une communauté culturellement arriérée. Je pense qu’ils n’arrivent pas à croire que les Turcs pensent comme eux en ce moment. C’est ce que j’ai rencontré et lu chez de nombreux écrivains, penseurs et journalistes étrangers que j’ai pu rencontrer jusqu’à présent.

“La patrie bleue est un manifeste, une rébellion à la carte de Séville.”

Cem Gürdeniz

Quand on regarde une carte du plateau continental dans la crise égéenne en 1975, elle est pareille que la carte préparée par la Turquie. Donc en fait, rien n’a changé. Quand on regarde, tout le monde essaie d’identifier la patrie bleue, irrédentiste, panislamiste, néo-ottomaniste, expansionniste, impérialiste… tout ce qui vous vient à l’esprit. La patrie bleue est un manifeste, une rébellion à la carte de Séville. Alors vous dites « mon frère, je me battrai pour que vous ne pouvez pas me prendre 150 000 km2 en Méditerranée et un minimum de 50 000 km2 en mer Egée”. Vous donnez ce message. Je vois cet endroit comme une patrie. Pourquoi la patrie? Parce que le fond de la mer est mon extension, mon plateau continental. Maintenant, vous allez dire “Non monsieur, c’est à moi” et je dirai “Eh bien, sortez d’ici, prenez du pétrole, du gaz naturel, allez chasser le poisson, utilisez-le comme votre propre champ” … Comment puis-je permettre cela?

Par conséquent, dans la période à venir, je pense que cette polémique continuera, la dose augmentera, comme je le dis toujours, c’est un marathon. Faisons les 100 mètres, finissons ce travail, laissons les négociations exploratoires commencer, ça ne se termine pas comme ça. L’exploration a commencé en 2002, 60 ont été construites jusqu’en 2016, 60 cm n’ont pas pu être avancées. Parce que la structure paradigmatique de notre interlocuteur est fausse. Il dit que “thalassa” (mer grecque: θάλασσα) est à moi. «Je suis la mer», dit-il. Nous leur avons laissé l’Anatolie, nous avons pris la mer Égée en retour, dit-il. Maintenant, il veut aussi la Méditerranée. Nous disons «non mon frère, vous ne pouvez pas en avoir plus. Vous avez déjà assez prit. Vous avez grandi cinq fois depuis sa création. Un tel pays n’existe pas dans l’histoire du monde. ” La géographie est brûlée. Si notre marine était forte pendant la guerre des Balkans, nous n’aurions pas laissés ces îles.

“La Turquie est le pays avec la plus longue côte de la Méditerranée orientale et de l’Anatolie.”

La mentalité en Grèce devrait changer. La Turquie est le pays avec la plus longue côte de la Méditerranée orientale et de l’Anatolie. Les côtes anatoliennes devraient être prises comme base. Des facteurs tels que les îles du mauvais côté, la proportionnalité, la fermeture doivent être pris en compte. La Grèce n’est pas un archipel ni un état des îles. Par conséquent, la ligne Rhodes-Crète ne peut pas faire ressembler une ligne avec un littoral de 117 km à un rival anatolien. La mer Égée n’est certainement pas un lac grec. Les îles ne peuvent pas du tout bénéficier de tous les droits. Déjà à 12 km / h, la Turquie n’a jamais agrandi en haut du puits 6, et ne donnera jamais la permission.

La réponse courte à votre question est donc: rien ne change. Une fois que Navtex se termine, la deuxième étape est passée. C’est un jeu d’échecs, La Turquie est un terrain fort en ce moment. La Turquie est forte dans le marathon. Sa respiration, ses muscles et sa nourriture sont suffisants. Quand on y regarde, on a un pays avec un soutien extérieur total, sous le poids d’une énorme dette extérieure, avec une faible population et presque aucune expérience de la guerre ces dernières années. Il n’est donc pas facile de courir ce marathon sans soutien extérieur. Le Turquie ne fera pas un saut en arrière malgré les menaces de politiques du Covid, les embargos ou les stratégies à court terme. Ils le savent déjà, je suppose. Ils font juste certaines choses pour satisfaire le public. En attendant, bien sûr, les marchands d’armes ne s’arrêtent pas. Hier, j’ai vu la vente de torpilles DM2A4 de 110 millions d’euros en Allemagne dans un journal. Avant cela, les ventes d’armes aux États-Unis étaient en vigueur. Un contrat de 10 milliards d’euros vient d’être signé entre Macron et la Grèce. Je suis désolé pour le peuple grec. J’espère que ce dernier pourra voir ces faits, faire pression sur leurs gouvernements et fera en sorte […] Sinon, ce processus les amènera dans le piège de Thucydides. Ce n’est pas la Turquie qui sera piégée, mais eux-mêmes. Thucydide est un homme d’État qu’ils ont élevé, ils vivent le même piège quelques milliers d’années plus tard. Faire face à la Turquie n’est pas possible.

Oğul Tuna: Vous avez commencé votre conversation sur l’Ouest. Les perspectives de l’Occident vers la Turquie … Ces derniers jours il y a un dialogue terrible entre la France et la Turquie, notamment entre le Président Macron et le Président Erdoğan.

La France est avec la Grèce depuis le tout début de la lutte en Méditerranée orientale. Comme vous l’avez dit, la vente de rafales est en cause. D’une part, j’ai vu récemment une déclaration du chef d’état-major français. Comme vous l’avez dit, il parle des expériences de guerre de l’armée turque. Il décrit la place de l’armée turque dans l’OTAN. Les membres de l’armée ainsi que les politiciens ont également une perception négative sur la Turquie. Ces derniers jours, la Turquie est mise en avant sur un ton islamiste. La France également en Libye, on voit l’entrée d’un bras de fer avec la Turquie au Karabakh. Comment interprétez-vous toutes ces tensions dans les relations Franco-turques?

CG: La France était un pays qui est populaire et apprécié en Turquie. La France a été le pays qui a apporté le plus de soutien à la guerre d’indépendance. Parce qu’ils ont donnés un moral formidable au peuple en battant constamment le Kuvay-i Milliye. Les Turcs, en vainquant les Français ont pu voir qu’il était possible de vaincre les Occidentaux. La libération de Maraş, la libération de Gaziantep, la libération d’Urfa, la capture des marins français sur le navire Alemdar… Quand on le regarde, on voit que les Français ont été vaincus les uns après les autres contre les Forces nationales dans la guerre d’indépendance. Qu’est-ce que le Kuvay-i Milliye alors? Il n’a aucun pouvoir, c’est un petit groupe. Par la suite, lors de la création de la République, les relations Franco-Turques étaient très bien. On voit alors que la Turquie reste au côté de la France pour une stratégie.

Tout cela a commencé avec le soutien kurde de Monsieur Mitterrand. Les projets de loi arméniens sont venus après cela. Quand nous regardons les 25 dernières années, il y a eu cinq fois un boycott des produits français en Turquie.

“Pensez-vous que l’incident de Courbet était un accident? C’est de la fiction.”

Cem Gürdeniz

On ne voit pas ça en Italie, on ne le voit pas en Espagne, mais on le voit en France. En France ils observent l’événement d’une certaine manière: combien de personnes en Méditerranée sont membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU avec l’énergie nucléaire, et ajoute, «J’existe». À ce moment-là, il demande qui devrait combler cette lacune ici, car les États-Unis se sont retirés lentement de la Méditerranée après la guerre froide. Or, lors de cette dernière année la présence des navires de la Turquie à l’Afrique du Nord, le Levant, lea Caucase, les Balkans, la Méditerranée orientale, la Méditerranée occidentale, ont suffi pour déranger la France. Pensez-vous que l’incident de Courbet était un accident? C’est de la fiction.

Où se trouve-t-il dans le monde vous entrez dans un groupe de navires d’un pays membre de l’OTAN à une vitesse de 25 miles, soit 10 à 15 mètres par seconde. Est-ce possible? En fait, c’est une grave impolitesse aux coutumes et traditions marines. J’étais aussi le commandant du navire. Il  y a des méthodes pour cela. Vous devez demandez la permission alors que vous approchez aux troupes navales. Additionnement les allégations contre la Turquie pour l’illumination de Courbet avec le radar de conduite de tir… L’OTAN l’a également publié, nous avons vu qu’il n’y avait pas une telle situation.

Il est donc nécessaire de regarder la situation de la France dans cette perspective : La France est devenue un pionnier pour la réception de la Turquie par le monde atlantique. Elle a pour mission de se montrer la Turquie comme un État islamique extrême, mais n’oubliez pas que la Turquie est un État laïc. La laïcité est toujours protégée dans la constitution et dans la population majoritaire. Ils le savent tous. Donc, ils montrent la Turquie, dans la façon dont ils veulent voir comment dans leur monde psychologique. Désormais, la disparition de la laïcité en Turquie et la mise en place d’un nouvel État islamique n’est pas possible. Bien sûr, quelqu’un peut l’imaginer. Il y a beaucoup de personnes dans de nombreux pays du monde qui ont des rêves contradictoire avec les réalités de leur pays; mais le fondement de la Turquie est laïque. Elle est un état de droit démocratique et social et, la Turquie est une république.

“Ouvrir le front à travers la Turquie pour corriger sa politique intérieure ne leur apporte aucun avantage, leur fait du mal; parce que la Turquie n’est pas un pays de bon pour l’orient.

Cem Gürdeniz

La France ne renonce pas à sa volonté d’être la puissance culturelle, politique et militaire dominante en Méditerranée. La lutte continue. Le seul problème est à quel stade cela peut-il arrive? Je ne pense pas que cela mettrait en scène une confrontation militaire mais à travers ses mandataires, la France va créer des alliances temporaires pour faire pression sur la Turquie. Mais la Turquie va augmenter la vitesse pour la recherche d’alternatives. Lorsque la Turquie parvient à ces alternatives, je pense qu’on sera entrée dans une période très difficile à long terme.

[…] Les ambitions croissantes de la France, les pratiques infructueuses de sa propre politique intérieure… La France est aujourd’hui l’un des pays les plus infructueux d’Europe en matière de politique intérieure. Ouvrir le front à travers la Turquie pour corriger sa politique intérieure ne leur apporte aucun avantage, leur fait du mal; parce que la Turquie n’est pas un pays de bon pour l’orient. La Turquie n’est pas un pays où se soumettra en face des quelques menaces. La République de Turquie est un gros navire, un grand État. Cet état ne change pas facilement son cours, ne se soumettre pas facilement. Il ne faut jamais oublier ça.

(Visited 124 times, 2 visits today)
Close